Accueil du site > Mots-clés > Maladies, symptômes et pathologies > Gastrite - Ulcère

Gastrite - Ulcère

Maladies, symptômes et pathologies

Liens

Révision des recommandations françaises sur la prise en charge de l’infection par Helicobacter pylori

Les ulcères duodénaux et gastriques sont des indications formelles de la recherche et de l’éradication de H. pylori. L’éradication de H. pylori favorise la cicatrisation et prévient la récidive des ulcères qu’ils aient été hémorragiques ou non. L’éradication de H. pylori fait partie de la prise en charge initiale de tous les lymphomes gastriques du MALT. Elle peut suffire à obtenir une rémission durable particulièrement en cas de lésion localisée (stade I de la classification de Ann Arbor) et d’absence de la translocation t(11\ ;18).

Voir en ligne : John Libbey Eurotext


Ulcères peptiques - Mise à jour 2011

Dans les pays industrialisés d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord, la prévalence des d’infections à H. pylori est en déclin. Les ulcères induits par l’acide acétylsalicylique (AAS) ou les anti- inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont un problème survenant chez les sujets âgés multimorbides. Une endoscopie est uniquement indiquée en première intention pour expliquer des symptômes épigastriques chez les patients de plus de 55 ans ou en présence de signes d’alarme

Voir en ligne : Forum Médical Suisse


Dépistage de l’infection à Helicobacter pylori - Pertinence et populations concernées

Au terme de cette évaluation, un dépistage d’Helicobacter pylori en population générale asymptomatique présenterait des inconvénients, causés par le dépistage et les interventions, nombreux au regard d’avantages incertains.La HAS ne recommande donc pas le dépistage systématique de l’infection à Helicobacter pylori en population générale asymptomatique en France.

Voir en ligne : HAS - Haute Autorité de Santé


Recommandations d’éradication de Helicobacter pylori en 2008

La gastrite à Helicobacter pylori est associée à de nombreuses affections digestives et extradigestives. Sa responsabilité est bien établie dans les ulcères gastroduodénaux, l’éradication de H. pylori favorisant la cicatrisation des ulcères duodénaux et prévenant la récidive des ulcères gastriques et duodénaux et de leurs complications. H. pylori et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont deux facteurs de risque indépendants d’ulcère.

Voir en ligne : ean-Dominique de Korwin, médecine interne, CHU, hôpital Nancy


Pourquoi fait-on un ulcère gastrique ou duodénal ?

L’ulcère duodénal ou gastrique résulte d’un déséquilibre en un point précis de la muqueuse, entre des facteurs d’agression (sécrétions acide et peptique) et des facteurs de défense (mucus, épithélium de surface, vascularisation muqueuse, faculté de la muqueuse à s’opposer à la rétrodiffusion des ions H+ et prostaglandines). Il est généralement admis que dans l’ulcère duodénal, le facteur dominant est l’agression chlorhydropeptique alors que dans l’ulcère gastrique c’est l’altération de la muqueuse gastrique. Ce déséquilibre résulte de l’intrication de différents facteurs génétiques et d’environnement.

Voir en ligne : SNFGE Société Nationale Française de Gastro-entérologie


Les ulcères gastro-duodénaux

Maladie chronique, fréquente, caractérisée par une évolution par poussées récidivantes souvent périodiques. L’ulcère est localisé au niveau du bulbe duodénal dans l’immense majorité des cas. Il s’agit d’une perte de substance localisée de la paroi duodénale dont le diamètre moyen est de 8 mm (limite 5 mm > 2 cm). L’incidence est de 80 000 nouveaux cas en France par an. L’incidence a notablement chuté depuis 10 ans ainsi que la prévalence. Le ratio UG/UD et le sexe ratio se sont sensiblement égalisés aujourd’hui.

Voir en ligne : Professeur Jacques FOURNET - Faculté de Médecine de Grenoble


Prévention de l’ulcére gastrique et duodénal

De quoi s’agit-il ?
Comment apparaît-il ?
Quels sont les facteurs qui le favorisent ?
Que puis-je faire ?

Voir en ligne : Swissweb de la prévention


Les inhibiteurs de la pompe à protons chez l’adulte

Les IPP ont trois indications principales :
traitement du reflux gastro-oesophagien (RGO) et de l’oesophagite par RGO. prévention et traitement des lésions gastroduodénales dues aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) chez les patients à risque. éradication d’Helicobacter pylori et traitement des ulcères gastroduodénaux.

Voir en ligne : has - Haute Autorité de Santé



HonCode Nous adhérons aux
principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici
Mise à jour le
lundi 29 février 2016

Aucun renseignement médical d’ordre personnel ne peut être fourni par correspondance.

Il faut consulter son médecin pour obtenir, après un entretien, un examen clinique et d’éventuels examens complémentaires, des recommandations et prescriptions personnelles et précises, notamment en matière de diagnostic et de traitement.

Qui sommes nous
Avis d'utilisation
Maladies
Spécialités
Dossiers
Bases de données

SPIP| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Santé - Maladie d’Alzheimer - Bronchite chronique - Insuffisance cardiaque - Hypotension orthostatique - Réanimation - Ophtalmologie - Nausées et vomissements - Névralgie-cervico brachiale - Uro-Néphrologie - Oreillons - Sténose du pylore - Brûlure cutanée - Colite pseudo-membraneuse - Gynécologie - Dossier médical - Neurofibromatose - Thérapeutique - Pathologies du genou - Maladies sexuellement transmissibles MST - Maladie de Ménière - Dengue - Fièvre - Epine calcanéenne - Rubéole - Alerte Sanitaire - IVG - Ulcère de jambe - Oxyurose - Épaule douloureuse et capsulite - Syndrome du canal carpien - Hypoglycémies - Panaris - Hydrocéphalie - Maladie de Hodgkin - Procréation assistée