Accueil du site > Mots-clés > Maladies, symptômes et pathologies > Ostéoporose

Ostéoporose

Maladies, symptômes et pathologies

Liens

Les bisphosphonates dans le traitement de l’ostéoporose

L’ostéoporose postménopausique se caractérise par la perte accélérée de la masse osseuse et la détérioration de l’architecture des os, ce qui élève le risque de fracture1. Les fractures ostéoporotiques sapent l’indépendance personnelle2, accroissent la morbidité3–5 et écourtent la vie6,7 ; leur prévention est donc cruciale.

Voir en ligne : Le Médecin de Famille Canadien


L’ostéoporose en 2013 : quelle prise en charge et quel suivi proposer ?

Durant ces dernières années, les options disponibles pour la prise en charge de l’ostéoporose se sont fort diversifiées. A côté des classiques suppléments en calcium et vitamine D, quelle molécule choisir le cas échéant et quel suivi assurer ? C’est sur ce sujet que le présent article propose de faire le point de façon détaillée et exhaustive

Voir en ligne : RMG - Revue de la Médecine Générale


APOROSE : Conception d’un site internet d’aide à la prise en charge de l’ostéoporose en soins primaires

APOROSE (Aide à la Prise en charge de l’OstéopoROSE) est un site destiné aux médecins généralistes, gratuit, indépendant de l’industrie pharmaceutique, actualisé régulièrement, en accord avec les recommandations nationales. APOROSE aborde tous les thèmes de la prise en charge de l’ostéoporose : prescription et interprétation de l’ostéodensitométrie ; enquête diagnostique ; évaluation du risque de fracture ; prise en charge des facteurs de risque de fracture ; traitement spécifique ; suivi.

Voir en ligne : GILBERT Raphaël


Ostéoporose : combien de temps traiter ?

La perte osseuse débutant vers 50 ans est continue, responsable d’une diminution progressive du capital osseux, qui décroît inélucta - blement, de façon quantitative et qualitative avec l’âge. La réduction des performances des organes sensoriels et l’addition des comorbidités avec l’âge augmentent aussi le risque de chute, contribuant à l’élévation rapide du risque de fracture après 70 ans. L’ostéoporose est donc bien une maladie chronique qui justifie une prise en charge préventive, régulière mais adaptée au fil des années.

Voir en ligne : Revue du Praticien Médecine Générale


Réactualisation du traitement hormonal à la ménopause en 2011.

Cet article de revue fait le point de l’actualisation du traitement hormonal de la ménopause (THM). Chez les femmes souffrant de symptômes climatériques, le THM est le traitement le plus efficace. Le THM prévient aussi l’ostéoporose. Néanmoins, étant donné qu’une utilisation prolongée est accompagnée de risques, d’autres médicaments plus spécifiques seront préférés chez des femmes souffrant d’ostéoporose en l’absence de symptômes climatériques, en association à un supplément de calcium et de vitamine D.

Voir en ligne : S. Rozenberg, J. Vandromme et C. Antoine


Diagnostic et indication de l’ostéoporose

L’ostéoporose est une maladie diffuse du squelette caractérisée par une faible masse osseuse et une détérioration de la micro-architecture du tissu osseux, responsables d’une augmentation du risque de fracture. L’objectif de son traitement est de prévenir la survenue de fractures. La résistance osseuse, donc le risque de fracture, est évaluée en fonction, notamment, du contenu minéral osseux ou densité minérale osseuse (DMO).

Voir en ligne : HAS - Haute Autorité de Santé


Pratique clinique 2010 pour le diagnostic et le traitement de l’ostéoporose au Canada

• Le traitement de l’ostéoporose doit être guidé par une évaluation du risque absolu pour les patients d’avoir une fracture en rapport avec l’ostéoporose. • Les fractures de fragilisation augmentent le risque de fractures ultérieures et doivent être prises en compte dans l’évaluation. • Les modifications des habitudes de vie et du traitement pharmacologique doivent être personnalisées pour augmenter l’adhésion au plan de traitement

Voir en ligne : Conseil consultatif scientifique de la Société de l’ostéoporose du Canada


Un prototype de médicament basé sur des cannabinoïdes pour prévenir l’ostéoporose

Pour les chercheurs de l’Université Hébraïque de Jérusalem, certaines substances produites dans notre corps qui agissent de la même manière que celles trouvées dans le cannabis aident à la conservation de la densité osseuse. C’est sur cette base que l’équipe a développé un prototype de médicament qui lutte contre l’ostéoporose sans effets secondaires.

Voir en ligne : Université Hébraïque de Jérusalem


L’Ostéoporose

(OP) est une maladie caractérisée par une masse osseuse basse, et une détérioration de la l’architecture microscopique du tissu osseux. Ce qui mène à une fragilité osseuse augmentée, et par conséquent un risque de fractures augmenté. D’autres définitions existent, qui parlent de densité osseuse et un T-score >- 2,5 ou > -1,5 de l’ostéodensitométrie ; ces définitions ne sont pas acceptés unanimement.

Voir en ligne : Conseil Scientifique du Luxembourg


Ostéoporose : du diagnostic ostéodensitometrique à l’évaluation du risque absolu de fracture

En 1993, un groupe d’experts mandatés par l’Organisation Mondiale de la Santé a défini l’ostéoporose comme une maladie caractérisée par une masse osseuse abaissée, avec des défauts structuraux, conduisant à une fragilité osseuse augmentée et à un risque accru de fracture

Voir en ligne : Forum Médical Suisse


Le diabète, l’ostéoporose et les fractures

On reconnaît désormais que les personnes atteintes de diabète présente un risque accru de fracture, en particulier de fractures périphériques. Le diabète sucré de type 1 (DT1) est généralement associé à une densité minérale osseuse réduite (DMO), alors que dans le diabète de type 2 (DT2), la DMO est normale ou accrue, ce qui ne prévient pourtant pas les fractures. Les connaissances sur la pathophysiologie de cette association évoluent encore, mais il est évident que certains médicaments couramment utilisés pour le traitement du DT2, à savoir les thiazolidinediones (TZD), augmentent le risque de fracture, en particulier chez les femmes.

Voir en ligne : Endocrinologie - Conférences scientifiques - Canada


Ostéoporose masculine

démarche diagnostique. Identification des hommes à risque de fracture et identification des patients nécessitant un traitement L’ostéoporose pose des problèmes de reconnaissance et de prise en charge chez l’homme. La méconnaissance du risque d’ostéoporose, l’intrication de nombreux facteurs étiologiques et l’incertitude concernant le seuil des valeurs de densitométrie osseuse associées au risque fracturaire, rendent la démarche diagnostique et l’identification des hommes à risque de fracture plus complexe.

Voir en ligne : Société Française de Rhumatologie


Efficacité de suppléments calciques pour prévenir les fractures

Cette méta-analyse montre l’intérêt de l’administration de calcium à une dose d’au moins 1 200 mg par jour à des personnes âgées de plus de 50 ans (forte majorité de femmes) en prévention de fractures ostéoporotiques. La place de cette administration de calcium versus un apport alimentaire accru et spécifiquement en prévention primaire (absence de fracture) ou secondaire, n’est pas précisée par cette méta-analyse. L’association de vitamine D (800 UI par jour) n’apporte pas de bénéfice complémentaire notable, mais reste cependant recommandée chez les patients institutionnalisés. Un programme de prévention des fractures chez des personnes âgées doit également inclure la prévention des chutes.

Voir en ligne : Minerva


Pour prévenir efficacement l’ostéoporose

Faites vos exercices chaque jour pendant 10 à 15’. Commencer par marcher souplement dans la pièce, au rythme d’une musique agréable, pendant 5’. Respecter le principe essentiel de la prévention de l’ostéoporose, qui privilégie toujours :

  • la marche et la position debout
  • la position debout à la position assise
  • la position assise à la position couchée _ Monter les escaliers à pied au lieu d’utiliser l’ascenseur, marchez tous les jours pendant au moins 15’. Un fois par semaine, faites une marche plus longue et plus rapide, une balade à bicyclette ou nagez

Voir en ligne : Ostéogym


Pourquoi dit-on que l’ostéoporose est un problème de santé publique ? :

L’ostéoporose est une maladie osseuse fréquente, caractérisée par une diminution de la densité des os du squelette, et par une modification de leur architecture interne qui les rend moins résistants. C’est la maladie des os fragiles. Cette fragilité osseuse est responsable de fractures...

Voir en ligne : Société Française de Rhumatologie


Prévenir l’ostéoporose : à tout âge

L’os est un tissu vivant qui se renouvelle constamment. C’est lorsque l’équilibre entre la démolition et la reconstruction se brise que survient l’ostéoporose. En adoptant un régime de vie équilibré, vous mettez toutes les chances de votre côté pour prévenir l’ostéoporose. Dites-vous qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire !

Voir en ligne : Extenso Centre de référence sur la nutrition humaine


Calcul des apports calciques quotidiens

Afin de vous permettre de calculer vos apports calciques quotidiens (quantité de calcium apporté chaque jour par votre alimentation), le GRIO met à votre disposition un outil de calcul en ligne : il s’agit d’un test mis au point par l’équipe scientifique du Centre hospitalier Universitaire d’AMIENS (*). Ce test ne prend que quelques minutes. Son exactitude dépend du soin appoté aux réponses. Vous pourrez en imprimer les résultats.

Voir en ligne : Groupe de Recherche et d’Information sur les Ostéoporoses



HonCode Nous adhérons aux
principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici
Mise à jour le
mardi 28 avril 2015

Aucun renseignement médical d’ordre personnel ne peut être fourni par correspondance.

Il faut consulter son médecin pour obtenir, après un entretien, un examen clinique et d’éventuels examens complémentaires, des recommandations et prescriptions personnelles et précises, notamment en matière de diagnostic et de traitement.

Qui sommes nous
Avis d'utilisation
Maladies
Spécialités
Dossiers
Bases de données

SPIP| squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Santé - Panaris - Céphalées - Fibrome utérin - Maladie de Paget osseuse - Anévrismes cérébraux - Colites - Dysphonie - troubles de la voix - Maladies infectieuses - Fièvre méditerranéenne familiale - Eczéma - Pneumologie - Lymphomes non hodgkiniens - Obstétrique - Arrêt du Tabac - Relation médecin-patient - Algodystrophie - Polyarthrite rhumatoïde - Fibromyalgie - Anorexie - Mélanome - Dyslipidémies : cholestérol et trygycérides - Pathologies du genou - Réanimation - Maladie de Horton - Ophtalmologie - Vertiges - Allergie - Constipation - Névralgie faciale - Rhume - Rubéole - Parasitologie - Choléra - Pollution atmosphérique - Maladies génétiques et maladies rares